Logo ={0} - Retour à l'accueil
Chapelle de Navarre

Ensemble de 4 statues

Dossier IM78002667 réalisé en 2017

Fiche

Ces quatre statues d'une qualité exceptionnelle sont la preuve de la proximité de l'entourage royal dans la construction et la décoration de la collégiale. La présence d'effigies de personnages contemporains dans un édifice public sont une étape très importante dans l’évolution de l’art médiéval dans la mesure où ce sont les prémices de la reprise de l’art du portrait.

Dénominationsstatue
Aire d'étude et cantonMantes-la-Jolie
AdresseCommune : Mantes-la-Jolie

Ces quatre statues sont le vestige de la clôture qui fermait la chapelle de Navarre jusqu'à la Révolution. Elles étaient au nombre de 6, quatre statues de femmes et deux d'hommes. Les quatre conservées ont été rachetées par Alphonse Durand et placées dans la chapelle de Navarre. Leur identification a varié au fil du temps. Pour le chroniqueur Chrestien, les deux reines portant des chapelles étaient liées à Charles de Navarre, Jeanne de Navarre sa mère et Jeanne de France, son épouse. Pour Millin, les deux statues de reines portant des chapelles représentaient Blanche de Castille. Il y avait aussi deux statues masculines qu'il identifie à Saint Louis et à Thibault de Champagne (couronne comtale). La dernière identification par Françoise Baron y reconnait Marie de Brabant, la fondatrice de la chapelle et Jeanne de France. Pour les statues masculines, elle émet l'hypothèse qu'il s'agissait de Philippe d'Evreux, roi de Navarre et de Louis, comte d'Evreux, son père, fils de Marie de Brabant. L'emplacement actuel des statues date de 1912.

Période(s)Principale : 2e quart 14e siècle , daté par travaux historiques

Le style des quatre effigies conservées, qui sont d’une grande qualité, notamment dans le drapé souple et élégant des robes, permet une datation autour de 1330 . Cela signifierait que la clôture a été érigée quelques années après la construction de la chapelle. L’identification des statues a beaucoup varié. Il est certain que deux d’entre elles sont des reines fondatrices portant chacune une chapelle. L’une serait Marie de Brabant et l’autre la mère de Charles le Mauvais, Jeanne de France, comtesse d’Evreux et reine de Navarre depuis 1328 . Leur attitude identique tournée vers la gauche permet de supposer qu’elles avaient le même emplacement, à droite de chacune des portes d’entrée de la chapelle, leur pendant masculin pouvant être leur époux respectif, Philippe-le-Hardi et Philippe d’Evreux. Toutefois la description de Millin parle d’une couronne comtale pour l’un des personnages, si bien qu’on pourrait plutôt envisager qu’il s’agissait de Louis, comte d’Evreux. Les autres statues féminines sont des saintes qui ont perdu leurs attributs.

Catégoriessculpture
Matériauxcalcaire, taillé
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsclassé MH, 1904/08/10

Références documentaires

Bibliographie
  • MILLIN, Aubin-Louis. Antiquités nationales, ou Recueil de monumens pour servir à l'histoire générale et particulière de l'Empire françois, tels que tombeaux, inscription, statues, vitraux, fresques, etc., tirés des abbayes, monastères, châteaux et autres lieux devenus domaines nationaux . Paris, Drouhin. T.II. 1791, p.1-46

    p.40-41
  • BAILLY, Robert. La collégiale Notre-Dame à Mantes-la-Jolie. S.D.

    p. 192-194
  • Françoise Baron, " Reine présentant le modèle d'une église. Sainte martyre". L’art au temps des rois maudits. Philippe le Bel et ses fils. Exposition RMN, 1998

    p.132-133
  • Françoise Baron, " Les statuettes de la chapelle dite «de Navarre » à Notre-Dame de Mantes", Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1997, 2001

    p.266-274
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Bussière Roselyne
Roselyne Bussière

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.